Menu mobile

Premier emploi : les pièges à éviter

Par: gestion /

Vous êtes fraîchement diplômé et vous découvrez le marché du travail ? Félicitations ! Mais attention, qui dit premier emploi dit également pièges et obstacles potentiels… Suivez donc nos conseils pour identifier ces pièges et surtout les éviter !

L’attitude

D’abord, le premier piège rencontré lors du premier emploi est au niveau de l’attitude :

  • Des employeurs qui ne facilitent pas forcément l’insertion des nouveaux diplômés sur le marché du travail, préférant des employés qualifiés et expérimentés.
  • Des jeunes diplômés, manquant souvent de confiance en eux et se sentant trop peu légitimes.

Cette situation est délicate, mais vous devez rester positif et sûr de vous. Concrètement :

  • Les exigences trop élevées dans les offres d’emploi peuvent décourager les candidats inexpérimentés. Or les offres dépeignent souvent le profil idéal, voire utopique. Si vous manquez d’années d’expérience mais que vous correspondez néanmoins au profil, tentez votre chance !
  • En entrevue ou même dans votre premier emploi, un employeur peut profiter de votre faible expérience pour vous déstabiliser, voire vous proposer des conditions défavorables. Ne vous laissez pas rabaisser : vous avez des compétences ! Prouvez donc votre valeur et votre inexpérience deviendra superflue.

Enfin, restez toujours professionnel et correct. L’entreprise n’est plus l’école ! Vos collègues ne sont plus vos camarades et vos supérieurs ne sont ni vos parents ni vos professeurs.

Les références et recommandations

Ensuite, un recruteur peut vérifier vos références. Ancien professeur, responsable de stage, précédent employeur : les professionnels ayant encadré votre travail peuvent donner des informations intéressantes.

Mais à ce niveau, d’autres pièges guettent :

  • Au Québec, certaines entreprises ne donnent pas de références d’anciens collaborateurs, pour éviter les poursuites.
  • Un recommandataire ne parle pas que d’éléments positifs, il peut aussi révéler des faiblesses.
  • Quand un recruteur demande des personnes de référence, il espère un ancien superviseur, pas un ancien collègue ou un ami.

Sélectionnez donc des recommandataires parmi vos précédents superviseurs. Avant de transmettre leurs coordonnées, demandez-leur s’ils accepteront de répondre au recruteur. Et assurez-vous qu’ils diront du bien de vous !

Les conditions de travail

Enfin, le premier emploi comporte de nombreux pièges concernant les conditions de travail :

  1. La rémunération : pour décrocher un premier emploi, des jeunes diplômés acceptent parfois une rémunération inférieure. Or, cela diminue votre valeur aux yeux des employeurs et réduit votre estime de vous-même. Le mieux est de négocier : vous pouvez accepter un salaire moindre au début, puis une remise à niveau après la période d’essai (tout doit figurer dans votre contrat !).
  2. Les heures supplémentaires : ultra motivées, les jeunes recrues font souvent des heures supplémentaires non payées. Or, vos heures sup’ doivent être rémunérées à temps et demi (plus d’informations ici). Rappelez-le à votre employeur, avec professionnalisme évidemment.
  3. La formation payée : si vous avez besoin de formations, votre employeur doit légalement vous les payer (vérifiez ici), peu importe votre ancienneté.
  4. Les pauses : après avoir travaillé 5 heures consécutives, vous avez droit à une pause repas de 30 minutes (payées ou non). Et chaque semaine, vous avez droit à un repos de 32 heures consécutives (des précisions sont disponibles ici).

Appliquez nos conseils et vous éviterez les pièges du premier emploi !

 

Commentaires